Recherche Rapide
Ville
Catégorie
 
RENAULT
Fils de bonne famille, Louis Renault se passionne très tôt pour la mécanique. En 1898, âgé de 21 ans, il construit sa première voiture, la Renault Type A, dotée d'une boîte 3 vitesses avec troisième en prise directe, une innovation qui permet d'exploiter au mieux la (faible) puissance du moteur. Le 24 décembre 1898, il fait la démonstration des performances de sa voiturette en gravissant la très pentue rue Lepic, à Paris. La foule est épatée, et Louis Renault empoche ses 12 premières commandes fermes ce soir-là.

Ses frères Marcel et Fernand, fondent la société Renault Frères, dont Louis n'est d'abord que simple employé. Les frères Renault se distinguent très vite en compétition, en remportant les courses Paris-Trouville, Paris-Ostende, Paris-Rambouillet... Mais en 1903, Marcel Renault se tue à la suite d'une sortie de route lors de la course Paris-Madrid. Louis abandonne la compétition et rachète les parts de son frère disparu.

La société se développe, notamment grâce au succès des taxis et des moteurs d'avion Renault. Pendant la guerre de 1914-1918, l'entreprise participe intensivement à l'effort de guerre, Renault mettant notamment au point le premier char d'assaut. Après le conflit, Louis Renault développe son empire industriel et inaugure l'usine de l'île Seguin en 1929. Mais ses méthodes de gestion contestées entraînent fréquemment d'importants mouvements de grève, souvent durement réprimés, comme en 1936.

Lorsque les Nazis envahissent la France en juin 1940, Lo...
Lire la suite
Fils de bonne famille, Louis Renault se passionne très tôt pour la mécanique. En 1898, âgé de 21 ans, il construit sa première voiture, la Renault Type A, dotée d'une boîte 3 vitesses avec troisième en prise directe, une innovation qui permet d'exploiter au mieux la (faible) puissance du moteur. Le 24 décembre 1898, il fait la démonstration des performances de sa voiturette en gravissant la très pentue rue Lepic, à Paris. La foule est épatée, et Louis Renault empoche ses 12 premières commandes fermes ce soir-là.

Ses frères Marcel et Fernand, fondent la société Renault Frères, dont Louis n'est d'abord que simple employé. Les frères Renault se distinguent très vite en compétition, en remportant les courses Paris-Trouville, Paris-Ostende, Paris-Rambouillet... Mais en 1903, Marcel Renault se tue à la suite d'une sortie de route lors de la course Paris-Madrid. Louis abandonne la compétition et rachète les parts de son frère disparu.

La société se développe, notamment grâce au succès des taxis et des moteurs d'avion Renault. Pendant la guerre de 1914-1918, l'entreprise participe intensivement à l'effort de guerre, Renault mettant notamment au point le premier char d'assaut. Après le conflit, Louis Renault développe son empire industriel et inaugure l'usine de l'île Seguin en 1929. Mais ses méthodes de gestion contestées entraînent fréquemment d'importants mouvements de grève, souvent durement réprimés, comme en 1936.

Lorsque les Nazis envahissent la France en juin 1940, Louis Renault est aux États-Unis. Il revient trop tard : ses usines sont réquisitionnées, placées sous la tutelle de Daimler-Benz et mises au service de l'occupant. La santé de Louis Renault se dégrade : il devient aphasique. À la libération, il est accusé de collaboration et est incarcéré en septembre 1944 à la prison de Fresnes. Victime de mauvais traitements, il y décédera un mois plus tard. En janvier 1945, les usines Renault sont nationalisées.

La production reprend en 1946 avec la 4CV, puis la Frégate en 1951, la Dauphine en 1956 et la Renault 4 en 1961. À partir des 1968, la Régie Renault devient un « laboratoire social » et un foyer pour l'extrême-gauche, dont les militants d'Action Directe, qui assassineront le PDG Georges Besse en 1986. Ce dernier est remplacé par Raymond Lévy, qui entame le processus de privatisation. Après un bref mariage avec le suédois Volvo, Renault s'internationalise à marche forcée : alliance avec Nissan (1999), rachat de Samsung Motors et Dacia, prises de participation chez Avtovaz-Lada. En Europe, cependant, le succès reste fragile. Le flop commercial des modèles haut de gamme (Vel Satis, Avantime) pèse sur la rentabilité et des problèmes récurrents de fiabilité nuisent à l'image de la marque. En 2005, le nouveau patron Carlos Ghosn succède à Louis Schweitzer et entame une politique de reconquête basée sur le retour à la qualité, puis à la séduction par le design, avec l'embauche du styliste Laurens van den Acker.
Modèles
[1-4] de 23
 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 
Copyright © 2011 - 2014 marocmotor.com Marques | Photos | Contact Conception Labsoft.ma
Facebook | Yahoo | Google | Motor Maroc